La fin du monde, et pourtant le calme. Des couleurs vives, et pourtant la nostalgie. Le présent, et pourtant le futur. Antoine Carbonne n’est pas à un paradoxe près et explore le monde moderne en perpétuel mouvement, à travers la peinture, dans une logique spatiale et temporelle.

Le peintre s’est tout d’abord intéressé aux constructions du monde, traces du passage de l’homme sur terre, dans un souci de documenter, de raconter notre civilisation et de laisser une empreinte. Ainsi, l’artiste a peint des paysages ou endroits urbains inhabités, nostalgiques et doux, un peu inquiétants : une chaussure abandonnée dans un lieu où la nature reprend ses droits (Yucca), un coucher de soleil volcanique (Sunset), un bâtiment robuste (Pont) qui survivra à l’homme… L’atmosphère est pré-apocalyptique, la fin du monde moderne est proche, l’agonie est lente et tranquille. L’artiste n’est pas alarmiste. C’est après un voyage en Mongolie, où, surpris par l’abondance de 4x4 et bornes wifi dans un pays pourtant réputé sauvage, qu’est née l’obsession d’Antoine Carbonne pour les reliquats d’une société de consommation qu’il sait périssable. À partir d’images personnelles et de photos glanées sur Facebook qu’il découpe et assemble, le peintre, avec une palette fauve-expressionniste, compose des espaces picturaux inconstants en perpétuelle évolution, entre natures mortes contemporaines et Nouveau Réalisme.

Les œuvres d’Antoine Carbonne sont peu à peu repeuplés. Des petits personnages dans de grands paysages semblent perdus dans le cadre, livrés à une attente, pas forcément malheureuse, mais vaine. Le peintre délaisse le « figé » et les objets témoins de nos sociétés oubliées, pour se heurter à une problématique autrement plus complexe : comment archiver le présent ? Recherche artistique articulée autour d’une immense toile ; Room with a view (l’Atelier Rouge), espace intime de l’artiste et tourelle d’observation sur le monde. Référence délibérée à Matisse, l’atelier d’Antoine Carbonne représente son espace mental de création. C’est personnel mais pas narcissique : les fenêtres et la mappemonde sont une ode au paysage, au monde extérieur. Les photos, posters et post-it accrochés au mur, font penser à ces fous dans les thrillers qui relient des portraits de victimes entre eux par des fils de laine rouge. Comme eux dans leur appartement, l’artiste dans son atelier se représente le monde, dans une sorte de recherche monomaniaque, comme une obsession. Les paysages sont plus bizarres que jamais, entre rêve et réalité, ils sont mystérieux et pourtant familiers. S’inspirant toujours de photos Facebook, de collages et de prises de notes, à l’image de Jonas Wood qui incarne « un Pop Art vibrant et un art moderne cool », les œuvres d’Antoine Carbonne, reconstruites et subjectives, inventent une nouvelle temporalité, créée à partir de souvenirs et d’imaginaire. Dans Giant, les personnages semblent perdus dans leur volonté de vivre différemment, dans un monde plein de couleurs. On assiste à une sorte de désenchantement hippie qui fait directement écho à ce que ressent la génération de l’artiste, paumée entre espoir et désillusion.

« Je veux que les gens reconnaissent des instants », martèle l’artiste. Dans une narration saccadée, non didactique, le spectateur parcourt les œuvres d’Antoine Carbonne comme une histoire dont il serait le héros, comme une encyclopédie du monde contemporain, entre nostalgie présente et réel onirisme.

The end of the world, yet calm. Vivid colors, yet nostalgic. The present, yet the future. Not afraid of paradox, Antoine Carbonne explores our ever-fluctuating contemporary world through painting in a logical space and time framework.

In his paintings, the artist began with exploring the construction of the world, traces of man’s passage on earth, eager to document and report on our civilization, to leave a mark. He painted soft, nostalgic, slightly eerie uninhabited landscapes or urban sites: an abandoned shoe in a place nature has started reclaiming (Yucca), a volcanic sunset (Sunset), a sturdy structure destined to survive man (Pont)… In those paintings, the atmosphere is pre-apocalyptic; the end of the modern world is near, the agony slow and tranquil. The artiste is not alarmist. Antoine Carbonne’s obsession with the remainders of a consumer society he knows to be perishable started after a trip to Mongolia where he was amazed with the number of 4WD and wifi routers in a country thought of as wild. Starting with his own images and with photos found on Facebook that he cut and pasted together, the artist, using a fauve-expressionist palette, composed variable, ever-evolving pictorial landscapes, between contemporary still-lives and Nouveau Realism.

Antoine Carbonne’s paintings are progressively becoming populated again. Small characters in broad landscapes seem lost in the frame, as if in a state of expectancy, not sorrowful but vain. The artist has moved away from “frozen” witnesses of our forgotten societies, and finds himself tackling a much more complex problem: how to classify the present time? His artistic investigation is articulated around a huge painting: Room with a view (l’Atelier Rouge), at once the artist’s intimate workspace and an observation turret overlooking the world. In a deliberate reference to Matisse, the artist’s atelier represents his mental creative world. The endeavor is personal but not narcissistic: the windows and the globe are an ode to the landscape and to the outer world. Photos, posters and post-its on the wall are reminiscent of madmen in thrillers who link their victims together with a web of red yarn. As they do in their apartments, the artist creates his representation of the world in his studio, in a sort of monomaniacal, obsessive search. The landscapes are more outlandish than ever, mysterious yet familiar, between dream and reality. Still using photos gleaned on Facebook, collages and personal notes as inspiration, in a way similar to the work of Jonas Wood, who embodies “vibrant Pop Art and cool modern art”, Antoine Carbonne’s paintings, pieced together and subjective, invent a new time frame issued of memories and figments of imagination. In Giant, the characters seem lost in their desire for an alternative way of life, in a world full of colors. We are the witnesses of a sort of hippy disenchantment that is a direct echo to what the generation of the artist is experiencing, lost between hope and disillusion.

The artist repeats tirelessly that he “wants people to identify some moments”. Following a halting, non-didactic narration, the viewer progresses through the works of Antoine Carbonne as in a story of which s/he would be the hero, as through a contemporary encyclopedia, between confirmed nostalgia and dreamlike flight.

Julie Maury, July 2016

Si Chuan Landscape
70x100cm
(2x70x50cm)
gouache on paper
,
,
,
,
,
,
,
,
,
,

Sérusier
gouache on paper
150x150cm
private collaction
,
,
,
,
,
,
,

Red studio (GiantII)
oil on canvas
146x114cm
,
,
,
,
,
,
,
,

Giant
oil on canvas
150x120cm
courtesy pc.
,
,
,
,
,
,
,
,

Atelier Rouge
oil on canvas
250x280 cm
,
,
,
,
,
,
,
,
,
,

Cache cache
oil on canvas
Paravent
160x200 cm (déplié)

https://www.youtube.com/watch?v=jZAfggl6lE8
https://www.youtube.com/watch?v=gPscK5AFO2U

https://www.youtube.com/watch?v=fiRlbd2Vrk8

Antoine Carbonne aime se saisir des situations quotidiennes, travaillant à partir d'images récoltées par ses soins ici et là dans une relation directe au réel.
Où celui-ci fait l'objet de toutes sortes de transformations et de décalages, c'est dans la manière qu'a l'artiste de les saisir, voire de les recomposer pour leur inventer une autre spatialité et une autre temporalité.
Il en résulte une image peinte inédite, qui gagne son identité de la collusion entre mémoire, imaginaire et vision intérieure.Tous les sujets se prêtent à son jeu, aussi constitue-t'il une oeuvre comme un livre d'heures contemporaines, subjectives, parfois idéalisées.

Antoine Carbonne likes to capture everyday situations, working from images collected by him here and there in a direct relationship reality.
The latter is the subject of all kinds of transformations and shifts.The artist to capture or recomposes to invent another spatiality and temporality to these everyday images.
The result is a unique painted image, which gains its identity in the collusion between memory, imagination and inner vision.All subject matters lend themselves to his game, in a book of some contemporary world's moments, subjective and sometimes idealized.

Philippe Piguet
pour l'Oeil

Marine
Mixed media on canvas
2015
,
,
,
,
,
,
,
,

Der Mond
mixed media on canvas
200x200cm
,
,
,
,
,
,
,
,
,

Mistery
oil & acrylic on canvas
150x210cm
,
,
,
,
,
,
,
,

Nemo
acrylic & oil on canvas
205x155cm
,
,
,
,
,
,
,
,

Empire of the sun
acrylic & oil on canvas
145x200cm
,
,
,
,
,
,
,
,

Falling(flood)
acrylic & oil on canvas
200x200cm
,
,
,
,
,
,
,


Paradism
acrylic & oil on canvas
45x30cm
,
,
,
,
,
,
,
,
,

untitled
acrylic & oil on canvas
92x73cm
,
,
,
,
,
,
,
,
,


Cigognes
acrylic & oil on canvas
97x130cm
,
,
,
,
,
,
,
,

SeaSky
oil on canvas
100x155cm
(courtesy private collection)
'
'
'
'
'
'
all images ©Antoine Carbonne

Prism
gouache sur papier
70x100cm
,
,
,
,
,
,


Dreamer
gouache sur papier
70x100cm
,
,
,
,
,
,

sunset
huile sur toile
195x130
,
,
,
,
,
,
,
,
,

sans titre
huile sur toile
150x150cm
,
,
,
,
,
,
,


sans titre
huile sur toile
97x146cm
,
,
,
,
,
,
,
,

Yucca
huile sur toile
146x97cm
,
,
,
,
,
,
,
,

salle des profs/professor's room
oil on canvas
120x180cm
,
,
,
,
,
,
,
,


Emilienne
oil on canvas
146x97cm
,
,
,
,
,
,
,


Fondue
gouache on paper
100x70
,
,
,
,
,
,
,
all images ©Antoine Carbonne

Antoine Carbonne s’intéresse aux constructions du monde, à ce qui reste des formes que l’homme a pris soin d’élaborer, que ce soit des architectures ou des traces d’une vie quotidienne. Ainsi, une de ses dernières séries prend le quartier de la Défense comme point de départ, qu’il documente à l’aide de photographies et de vidéos pour mieux le reconstruire, le reconfigurer.
En résultent des paysages urbains qui mettent en cause la notion de point de fuite : Carbonne dit vouloir créer de la profondeur sans se sentir pour autant asservi aux règles de la perspective, « pour simplement permettre au regard de circuler ». Un immense ciel parsemé de nuages apparaît alors à la cime d’immeubles gris et plats qui ont presque disparu.
Le peintre travaille exclusivement à partir d’images qu’il a lui-même récoltées, qui sont autant de « trouvailles » extraites du réel—forcément subjectives puisque cadrées, découpées dans le paysage— avec une vraie implication documentaire.
Il insiste sur l’idée d’ « assemblage » et cherche à créer des natures mortes contemporaines, qui témoigneraient le plus possible d’une « intention » organisatrice de la part de l’artiste. Ainsi, la grande toile Feu donne à voir un feu de camp : une canette fluo a été abandonnée là, dans les flammes. Et l’image semble résonner avec l’idée de précarité des logements de fortune, dans les bois, en région parisienne. Une fois encore, l’image glisse, sans point de fuite pour la retenir. Reste une immense tâche rougeoyante qui crépite.

« Antoine Carbonne is interested in the constructions of the world, in other words: what remains of the forms that man has taken care to develop, either architectures or traces of daily life.
Thus, for one of his latest series, he took the district of La Défense as a starting point.
His basis material is a bunch of photographs and videos which he uses to reconstruct and
re-configure spaces.
Resulting urban landscapes that challenge the notion of vanishing point: Carbonne says he wants to create depth without feeling much enslaved to the rules of perspective, « to simply allow the eye to travel. »
An immense sky, dotted with clouds, appears on top of gray buildings that have almost disappeared.
The painter works exclusively from images he collected himself, all of which are « finds » extracted from the real world -necessarily subjective because framed cut into the landscape, with a real documentary involvement .
He emphasizes the idea of « assemblage » and seeks to create contemporary still lives, which testify as much as possible of the « intent » from the artist in the organization of the pictures. Thus, the large canvas Fire shows a campfire in which a fluorescent can was abandoned -there- in the flames. And the image seems to resonate with the idea of precarious makeshift homes in the woods, near Paris. Once again, the image slides without vanishing point to retain it. Only a wide red crackling spot remains. »

Léa Bismuth


Porte fenêtre à Châteauroux
huile sur bois
120x80CM
,
,
,
,
,
,
,
,
,

sans titre
huile sur toile
130x195cm
(courtesy private collection)

,
,
,
,
,
,
,


sans titre
huile sur bois
80x110cm
(courtesy private collection)
,
,
,
,
,
,
,
,


sans titre
70x110cm
huile sur bois
,
,
,
,
,
,
,
,
,


sans titre
110x80cm
huile sur bois
,
,
,
,
,
,
,
,
,

manipulation
80x110cm
huile sur bois
,
,
,
,
,
,
,
,
,

centrale, Espagne
gouache sur papier
60x80cm
,
,
,
,
,
,
,
,
,

rangers
gouache sur papier
70x100cm
(courtesy private collection)

,
,
,
,
,
,
,
,

sans titre
gouache sur papier
60x80cm

,
,
,
,
,
,
,
,
,

sans titre
gouache sur papier
80x60cm

,
,
,
,
,
,
,
,

le triangle
gouache sur papier
80x60cm
(courtesy private collection)

,
,
,
,
,
,
,
,


sans titre
gouache sur papier
100x70cm

,
,
,
,
,
,
,
,
,

sans titre
gouache sur papier
70x100cm
(courtesy private collection)

,
,
,
,
,
,
,
,
,

temple de Mars
huile sur bois
100x80cm
(courtesy private collection)
'
'
'
'
'
'
'
'
all images ©Antoine Carbonne

english below

Les peintures d’Antoine Carbonne proposent une réflexion poétique sur les formes de la mémoire. L’artiste commence par s’emparer d’un lieu ou d’une situation en les documentant au moyen de dessins, de photographies ou de notes manuscrites.
Selon lui, cette première étape est essentielle, puisqu’elle « brise une forme de virginité qui existe
entre l’individu et le territoire nouveau, et permet d’établir une relation avec celui-ci. »
À l’aide de ces documents, mais également de sa propre mémoire, Antoine Carbonne donne naissance à un tableau composite, généralement de grand format, dans lequel « le réel a été
tamisé puis modifié, dans un but final d’appropriation. » Le spectateur, comme prisonnier d’un rêve absurde, est plongé dans une atmosphère intemporelle, parfois hostile. Grâce à l’utilisation d’une perspective bancale, la composition d’ensemble renforce l’étrangeté de ces lieux tantôt désertiques, tantôt peuplés d’êtres fantomatiques errant, sans identité.
Dans d’autres toiles, Antoine Carbonne se confronte au genre de la nature morte. Leur simplicité apparente, mêlée à leur inscription dans un lieu incertain, achèvent de construire des espaces picturaux en perpétuelle interrogation.

Julie Jones


Paintings of Antoine Carbonne offer a poetic reflection on the forms of memory.
The artist begins to seize a place or situation by documenting through drawings, photographs and handwritten notes.
According to him, this first step is critical because it "breaks a form of virginity exists
between the individual and the new area, and establishes a relationship therewith. '
Using these documents, but alsohis own memory, Antoine Carbon gives rise to a composite picture, generally of large size, in which "the real was sieved and then modified in a final goal of appropriatin. "The viewer, as a prisoner of an absurd dream, is immersed in a timeless, sometimes hostile athmosphere. Through the use of a wobbly perspective, the overall composition reinforces the strangeness of these places sometimes desert, sometimes inhabited by ghostly beings wandering without an identity.
In other paintings, Antoine Carbonne confronts the genre of still life. Their apparent simplicity, mingled with their inclusion in an uncertain place, completing the construction of pictorial space in perpetual interrogation.

Julie Jones

Sans titre
huile sur toile
55x46cm
private collection
,
,
,
,
,
,
,
,


pont
70x50cm
acrylique et huile sur toile
private collection
,
,
,
,
,
,
,
,


87x65cm
acrylique et huile sur toile
,
,
,
,
,
,
,
,
,

sans titre
40x40cm
acrylique et huile sur toile
,
,
,
,
,
,
,
,

Corseul
Huile sur toile
100x120cm
private collection
,
,
,
,
,
,
,
,


Direction
Huile sur toile
130x150cm
collection Colas
,
,
,
,
,
,
,


Escalators
huile sur toile
90x120cm
,
,
,
,
,
,
,


Cameras
huile sur toile
110x130cm
,
,
,
,
,
,
,


Ciel
huile sur toile
150x150cm

,
,
,
,
,
,
,

Feu
technique mixte sur toile
140x180cm
private collection
,
,
,
,
,
,
,

"Purs Moments"
technique mixte sur toile
95x125cm
,
,
,
,
,
,
,

Salon
huile sur toile
95x125cm
,
,
,
,
,
,
,

La Pagode
technique mixte sur toile
125x95cm
private collection
,
,
,
,
,
,
,

Sans titre
technique mixte sur toile
95x125cm
,
,
,
,
,
,
all images ©Antoine Carbonne

english below

Aujourd’ hui, il semble que le monde entier ait été filmé et documenté.
Que reste-t’il comme motivation à toujours l’explorer à travers la peinture?
La réponse est certainement que cet univers est en mouvement perpétuel.
“On n’entre jamais dans le même fleuve.” disait Héraclite.
Ce qui a été figé aujourd’hui sera différent demain ou dans un an.
J’ai retenu comme idée centrale l’enregistrement du réel qui peut parfois s’apparenter à une pulsion.
Il s’agit d’une démarche longue qui vise à insuffler à chaque peinture l’idée d’intemporalité.
Après la découverte d’un espace, l’image que l’on en garde est composée d’un magmas d’anecdotes et d’idées qui ne se suivent pas forcément, mais forment un souvenir composite.
Mon travail débute par une prise de documents, c’est à dire un ensemble de dessins de photographies et de notes.Cette première étape brise une forme de virginité qui existe entre l’individu et le territoire nouveau, et permet d’établir une relation avec celui-ci.
Commence ensuite le travail de peinture où les images se trouvent mélangées et me servent de point de départ.Le souvenir est également solicité et l’aspect narratif induit par toute prise de note, histoire, succession de faits, disparaît.
Il en résulte un ensemble peint où le réel a été tamisé puis modifié,dans un but final d’appropriation.

Antoine Carbonne


Today, it seems that the world has been filmed and documented.
What remains as it always motivation to explore through painting?
The answer is surely that this universe is in constant motion.
"You could not step twice into the same river; for other waters are ever flowing on to you" Said Heraclitus.
What was captured today will be different tomorrow or a year from now.
The leading idea in my work is the systematic recording of the world surrounding me, which sometimes feels like a pulsion.
It is a long process which aims to infuse each painting the idea of timelessness.
After the discovery of a space, the image we hold is composed of a magma anecdotes and ideas that do not necessarily follow one another, but form a composite memory.
My work begins with making documents,in gathering a set of drawings and photographs .
This first step helps breaking some kind of virginity between the individual and the new territory, and establishes a relationship therewith.
Then begins the paint job where images are shuffled and are used as a starting point. Memory is also solicited and the narrative aspect induced by any note taking, history, series of occurrences, disappears.
This results in a set of paintings inwhich where the real was sieved and then amended in a final goal of appropriation.

Antoine Carbonne


sans titre
huile sur toile
92x133cm
,
,
,
,
,
,
,

sans titre
huile sur toile
110x110cm
2011
,
,
,
,
,
,
,

Folies Siffait
technique mixte sur toile
92x133cm
2011
,
,
,
,
,
,
,

Sans titre
technique mixte sur toile
120x180cm
,
,
,
,
,
,
,

Incendie
technique mixte sur papier
133x229cm
,
,
,
,
,
,
,

Sans titre
technique mixte sur papier
149x204cm
,
,
,
,
,
,
,

Grange
huile sur papier
108x133cm
private collection
,
,
,
,
,
,
,

L’assassinat
huile sur toile
80x125cm
,
,
,
,
,
,
,

Sans titre
technique mixte sur papier
92x133
,
,
,
,
,
,
,

Sans titre
huile sur toile
100x120cm
,
,
,
,
,
,
,

Sans titre
huile sur toile
125x140cm
,
,
,
,
,
,
,
,

Sans titre
technique mixte sur toile
120x90cm
,
,
,
,
,
,
,

all images ©Antoine Carbonne

Water tank
180x204cm
huile sur toile
,
,
,
,
,
,
,

sans titre
145x195cm
techique mixte sur toile
2008
,
,
,
,
,
,
,


Danae
89x107cm
huile sur toile
2010
,
,
,
,
,
,
,

Pigeons
110x160cm
huile sur toile
,
,
,
,
,
,
,

Bas relief
85x105cm
huile sur toile
,
,
,
,
,
,
,

ruine
huile sur toile
45x35cm
,
,
,
,
,
,
,

Temples
technique mixte sur toile
45x45cm
,
,
,
,
,
,
,

sans titre
huile sur toile
40x60cm
,
,
,
,
,
,
,

sans titre
huile sur toile
80x65cm
,
,
,
,
,
,
,

sans titre
huile sur toile
65x160cm
,
,
,
,
,
,
,

Acropole
huile sur toile
107x89cm
Private collection
,
,
,
,
,
,

all images ©Antoine Carbonne

Sans titre (agave)
huile sur toile
150x200cm
2008

Sans titre
technique mixte sur toile
150x200cm
2008

Sans titre (jeux)
technique mixte sur toile
150x200cm
2009

Fast food
technique mixte sur toile
150x200cm
2009

Sans titre
technique mixte sur toile
150x200cm
2008

Le préau
technique mixte sur toile
150x200cm
2009

sans titre
technique mixte sur toile
115x160cm
2008

all images ©Antoine Carbonne